Tout le monde connait l’incontournable « 1,2,3 soleil »…
Je vous présente ici une variante : 1,2,3 Lune

Ce jeu est très intéressant pour les enfants « très toniques » comme on dit dans le langage courant ou « hypertoniques » dans le langage médical. Il est également intéressant lorsque l’on cherche à calmer les enfants (retour au calme).
Selon les enfants, vous pourrez commencer à y jouer dès 6 ans. On peut tout à fait y jouer à 2 (et ça aide d’ailleurs bien souvent à la détente).

Comme pour « 1,2,3 soleil », une personne, face au mur, compte « 1,2,3 lune ». Pendant ce temps, les enfants avancent (debout ou à 4 pattes ou en rampant…) et lorsque le compteur se retourne, les enfants s’écroulent au sol comme s’ils étaient des poupées de chiffon inanimés. Ils ont l’air endormis et ne doivent plus contrôler leur corps, ils sont tout « mous ».

Le compteur passe alors vérifier en bougeant délicatement un bras, puis l’autre, une jambe puis l’autre après l’avoir annoncé. Il faut bien entendu être très respectueux du corps de l’autre et ne pas lui faire mal car pour se relâcher l’enfant (comme les adultes) a besoin d’être en confiance. Si percute son bras, il est évident qu’il reprendra le contrôle de son corps.

L’enfant est renvoyé au « poulailler » non pas si on le voit s’écrouler mais s’il ne se montre pas suffisamment détendu. Il faudra se montrer assez indulgent au début et simplement verbaliser quand il contrôle ses membres (notamment quand le bras tient seul en l’air, ou résiste ou effectue tout seul le mouvement…) et encourager les temps plus ou moins brefs qu’il arrive à relâcher. Ainsi, il prend conscience de l’état de détente.

Une fois tous les enfants « vérifiés », le compteur retourne face au mur pour compter à nouveau. Il prend son temps pour que les enfants puissent se relever et avancer un peu avant de s’écrouler.

L’enfant apprend alors à réguler son tonus : pour avancer un « recrutement tonique » est nécessaire. Pour ne pas retourner au poulailler, un « relâchement tonique » est nécessaire.

Un enfant qui expérimentait ce jeu pour la première fois m’a demandé à quoi ça servait d’être détendu… J’aime ces questions ! Etre détendu permet d’être mieux dans son corps et d’utiliser l’énergie à bon escient, c’est à dire quand on en a  vraiment besoin. On est alors moins fatigué, ce qui permet de mieux apprendre.
Dans les problèmes de graphisme, on rencontre souvent des enfants qui sont trop « crispés » au niveau du bras (le bras est hypertonique). En conséquence le mouvement est moins fluide donc l’écriture plus chaotique et l’enfant se fatigue vite (d’autant plus que son effort est dévalorisé par un résultat trop médiocre).
Voilà donc à quoi ça sert de se détendre…

Technique pour vérifier la détente des membres :
Pour les bras : Saisissez la paume de la main et soulevez délicatement le bras  à la verticale du coude, en plaçant votre deuxième main sous le coude au cas où sa main vous échapperait. Avec un petit mouvement de balancement vous pourrez voir si le coude suit de façon fluide ou s’il reste bloqué ou encore s’il bouge en décalage. Reposez délicatement le bras.
Au niveau des jambes, si l’enfant est allongé sur le dos, soulevez délicatement sous le genoux. Vous vous rendez compte très vite si l’enfant résiste ou s’il bloque son genoux une fois celui-ci monté. S’il est sur le ventre, saisissez un talon et imprimez un léger mouvement de balancement. Vous sentirez s’il y a une résistance ou si toute la jambe suit l’onde du mouvement.

Publicités